En 2014, le continent africain représentait 16 % de la population mondiale, moins de 6 % de la consommation énergétique et 3 % des émissions de gaz à effet de serre. Avec une croissance économique annuelle moyenne de 4,5 % durant les cinq dernières années, l’Afrique connaît une demande grandissante en énergie et un besoin important d’infrastructures pour y répondre. Le continent dispose pour cela d’un important potentiel non exploité d’énergies renouvelables (hydroélectricité, géothermie, biomasse, solaire, éolien).

L’Afrique subsaharienne fait par ailleurs face à une fracture énergétique marquée : plus de 65 % de la population n’a toujours pas accès à un service électrique et plus de 80 % utilise des combustibles traditionnels (bois, charbon de bois) pour cuisiner. Pour y remédier, différentes solutions technologiques sont à envisager, que ce soit l’extension et la densification des réseaux ou des solutions décentralisées, dans lesquelles les énergies renouvelables ont toute leur place.

Dans ce contexte, la transition énergétique de l’Afrique combinera le développement de son potentiel d’énergies renouvelables et le développement de l’accès pour tous, résultant en une trajectoire de croissance sobre en carbone.
pdf : 2.87 Mo
collection :
L'AFD et
disponible aussi en : fr en